Le CERN migre ses solutions Microsoft pour de l’open source

05 Juil

L’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, mieux connue sous le nom de CERN, a annoncé son intention d’abandonner les produits Microsoft pour d’autres solutions open-source. Une migration pour des raisons stratégiques ou budgétaires ? Nous en apprenons davantage dans cet article.

Pour le CERN, le coût des solutions Microsoft pourrait être multiplié par 10

Au cours des 20 dernières années, le CERN a bénéficié de conditions particulières sur les produits Microsoft dans le cadre du barème « institution académique ». Récemment, et pour des raisons inconnues, la firme de Redmond a révoqué le privilège académique accordé à cette organisation et l’a informée qu’elle doit maintenant payer les frais de licence pour ses solutions en tant que structure commerciale, ce qui augmentera leur coût de plus de 10 fois. Cette hausse n’étant pas soutenable, le CERN a décidé d’investir dans un projet baptisé « Malt » dans le but de trouver des logiciels open source, capables de piloter toutes ses activités, et dont les principaux enjeux sont :

  • Délivrer le même service à toutes les catégories de personnel du CERN ;
  • Éviter la dépendance à l’égard d’un fournisseur de logiciel ;
  • Garder la main sur les données de l’organisation ;
  • Traiter les cas d’utilisation courante.

Ce programme en est d’ores et déjà au stade de la mise en œuvre, notamment à travers le « service de courrier pilote pour le service informatique », dont le déploiement est prévu dans un proche avenir.

La réaction de Microsoft ne s’est pas fait attendre

La réponse de Microsoft à l’annonce du CERN est restée modérée. En effet, le géant du logiciel basé à Seattle (qui multiplie les initiatives à l’égard de la communauté open source ces derniers temps), aurait seulement déclaré : « Nous nous engageons à appliquer de façon uniforme les exigences d’admissibilité à nos différentes options de permis. Lorsque nous constatons des exceptions à cette politique au cours de nos processus continus de vérification de la conformité, nous travaillons directement avec les clients pour nous assurer que leur transition vers de nouveaux programmes d’octroi de licences se fasse le plus harmonieusement possible ». De toute évidence, cela n’était pas suffisant pour le CERN qui a reconnu avoir négocié avec Microsoft l’introduction progressive de cette augmentation sur une période de 10 ans afin que l’organisation ait le temps de s’adapter.

L’utilisation exclusive du logiciel libre par une grande organisation comme le CERN prouve une fois de plus que la culture open source s’impose de plus en plus dans le monde professionnel. Ceci est de bon augure pour les futurs cadres qui souhaitent poursuivre une carrière dans ce domaine et qui peuvent bénéficier d’une formation de qualité à l’Open Source School.