Stadia, le nouveau service de jeu open source de Google

le service de jeu open source de Google 07 Mai

Lors de l’édition 2019 de la Game Developer Conference organisée en Californie, Google a enfin annoncé la sortie de Stadia, son tout nouveau service de gaming open source en streaming. Ce concept promet aux joueurs de pouvoir se divertir depuis n’importe quel endroit, car il est basé sur le cloud. En effet, les jeux sont disponibles sur un centre de données et sont diffusés « vers vous » via internet. Ils peuvent également être retransmis en streaming avec une vitesse allant jusqu’à 4k à 60fps, en fonction du débit de votre connexion.

Comment marche Google Stadia ?

Tant que vous bénéficiez d’une connexion internet stable et rapide et que vous utilisez une version récente du navigateur Google Chrome, vous avez tout ce qu’il faut pour démarrer Google Stadia ! Pour commencer à mobiliser ce service, il suffit d’ouvrir un nouvel onglet dans Chrome et d’aller sur la page d’accueil du service Stadia.com, ou même de vous connecter sur YouTube et d’accéder à votre jeu préféré en cliquant sur un lien de redirection. Ensuite, il vous sera demandé d’effectuer un test de connexion qui vérifiera votre bande passante internet, la latence entre votre ordinateur et les serveurs ainsi que toute perte éventuelle de données.

Pour jouer de façon fluide, Google requiert un taux de diffusion en continu de 15 Mbps, une latence inférieure à 40 ms et une perte de données inférieure à 5%. Dès que le jeu est lancé dans votre onglet Chrome, il passe en plein écran et fonctionne exactement comme s’il avait été démarré sur un véritable ordinateur de gaming. En guise de test, le célèbre titre Assasin’s Creed Odyssey vous sera proposé, en raison de sa forte exigence graphique. Aussi, vous pouvez jouer avec un clavier, une souris ou connecter une manette dédiée à cet effet, comme c’est le cas pour vos jeux installés sur votre disque dur.

Stadia, nouveau porte étendard de l’open source

Google mobilise une batterie de logiciels libres pour alimenter Stadia, comme il l’explique dans un post sur son blog : « Google croit que l’open source est bon pour tout le monde. Il permet et encourage la collaboration et le développement technologique, en résolvant des problèmes concrets. C’est particulièrement vrai sur Stadia, car nous pensons que la communauté du développement de jeux vidéo a une longue histoire de collaboration, d’innovation et de gains partagés grâce à l’amélioration continue des techniques et des technologies ». En outre, la société prétend tirer parti des plates-formes Linux et Vulkan, ainsi que des composants LLVM et DirectX Shader Compiler pour garantir des performances optimales.

Ce dispositif confirme une fois de plus que l’open source est bien transversal, impactant invariablement toutes les filières d’activité. Une (autre) bonne nouvelle les étudiants de l’open source qui peuvent bénéficier de cette conjoncture prometteuse !