OpenCue : le logiciel open source de gestion de rendu par Google et Sony Pictures Imageworks

logiciel de traitement d'image 07 Mar

Pour donner vie à l’Avatar de James Cameron, Weta Digital a dû manipuler chaque jour, pendant plus d’un mois, jusqu’à huit giga-octets de données par seconde, dans un parc de serveur disposé sur une surface de 1 000 m². Les machines à l’intérieur de ce bâtiment étaient énormes : ensemble, elles comprenaient 40 000 processeurs et 104 téraoctets de mémoire. Conscientes qu’il est possible de produire des effets visuels plus facilement, notamment en mobilisant le cloud, Sony et Google ont associé leurs efforts pour donner naissance à OpenCue, un gestionnaire de rendu haute performance open source, capable de traiter des millions de plans dans un environnement de cloud hybride. Retour sur les principales caractéristiques de ce progiciel avec OSS !

OpenCue, une version améliorée du système Cue 3 élaboré par Sony

Google a confirmé qu’OpenCue était basé sur Cue 3, le système de file d’attente interne développé par Sony Pictures Imageworks au cours des 15 dernières années. Ce service a été déployé sur plus de 150 000 cœurs partagés entre le centre de données Sony et Google Cloud Platform (GCP) dans le cadre de projets récents. Avec le développement de GCP, le système est maintenant open-source et a été rebaptisé OpenCue. Notons que Sony a développé et contribué à d’autres progiciels standards de l’industrie audiovisuelle comme OpenColorIO et Alembic, outils aujourd’hui incontournables dans la création quotidienne de contenus que nous visualisons sur tous les appareils, que ce soit au cinéma, sur les téléviseurs ou sur les terminaux mobiles.

Développé en Python, OpenCue se compose d’un ensemble d’outils open source

OpenCue intègre un certain nombre de technologies open source largement utilisées comme le langage de programmation Python et la base de données relationnelles Postgres. Les principaux composants incluent Cuebot, un utilitaire de gestion qui peut s’exécuter en arrière-plan sur un poste de travail ou dans un cluster de serveurs pour une plus grande disponibilité, CueGUI, une interface utilisateur graphique pour surveiller et gérer les tâches, CueSubmit, une application PySide2 pour soumettre des tâches de rendu qui peuvent s’exécuter comme plugin pour des applications incluant Autodesk Maya et Foundry Nuke et enfin RQD, un logiciel « démon » requis sur tous les hôtes OpenCue. Parmi ses autres caractéristiques :

  • Une architecture hautement évolutive supportant de nombreuses machines simultanément ;
  • Des systèmes d’étiquetage permettant aux utilisateurs d’attribuer des tâches spécifiques à des machines précises ;
  • Les travaux sont traités sur une centrale de rendu et ne dépendent pas du poste de travail de l’artiste…

Le code source de cette solution ainsi que la documentation qui s’y rattache sont libres d’accès et disponibles sur GitHub.

Passionné par le monde de l’Open Source ? Découvrez nos formations d’excellence !