Une pétition pour placer Flash en open source au lieu de l’ « enterrer »

Flash en open source 03 Août

Flash est devenu obsolète. C’est un constat implacable partagé par toute la communauté informatique. Il n’a pas su s’adapter aux nouveaux standards du web et les sites qui passent au HTML 5 se font de plus en plus nombreux sous l’impulsion des éditeurs des principaux navigateurs qui adoptent pour la plupart des politiques restrictives vis-à-vis de Flash. Face à ce constat, Adobe a annoncé le 25 juillet dernier l’arrêt de la mise à jour et la distribution de Flash Player en 2020. Les aficionados du célèbre plugin ont donc lancé une pétition sur GitHhub pour demander à l’éditeur de le passer en open source.

Flash supplanté par le HTML 5

La pétition signée par 3 500 nostalgiques (à l’écriture de ces lignes) vise à convaincre Adobe de partager Flash en open source. Cette volonté suscite l’engouement mais ne fait pas l’unanimité : de nombreux développeurs et utilisateurs mettent en avant les failles de sécurité du lecteur qui facilitent le piratage. Le mouvement Occupy Flash appelle d’ailleurs depuis 2011 à l’ « euthanasier » car « son temps est révolu ». Pour le mouvement, Flash « bug, plante souvent et requiert sans cesse des mises à jour de sécurité ». La fin de Flash ne signifie pas l’impossibilité de visionner des vidéos en ligne puisque le langage HTML inclut depuis sa version 5 la possibilité d’intégrer des vidéos aux sites. De plus, tous les navigateurs sont aujourd’hui compatibles avec HTML 5.

Pourquoi placer Flash en open source ?

En réalité, il y a nuance fondamentale entre maintenir Flash et le placer en open source. L’idée de lancer cette pétition provient du développeur web finlandais Juha Lindestedt, alias Pakastin, qui estime que l’open source constituerait le meilleur moyen de préserver les contenus Flash à des fins d’archivage, car ils représentent une partie de l’histoire du web. « Tuer le lecteur Flash signifie que les générations futures ne pourront pas accéder au passé. Jeux, expérimentations et sites web seraient oubliés », peut-on lire sur la page dédiée à cette pétition.

En 1996, la société américaine Macromedia lançait le lecteur Flash, un des premiers outils à offrir la possibilité de publier des animations, des sons et des créations diverses. «Nous faisons beaucoup pour sauvegarder et restaurer des vieux manuscrits, alors pourquoi ne pas considérer ces œuvres interactives qui ont été développées sur cette plateforme et qui ne peuvent pas vraiment être transposées dans un format vidéo. », a martelé Juha Lindestedt.

Le monde de l’open source vous passionne ? Découvrez le programme de l’OSS, l’école de référence du logiciel libre !